Aïdi
 Aïdi
  Standard FCI N° 247
     
Autre nom Chien de l'Atlas
Berger de l'Atlas
Moroccan Aïdi
Atlas Dog
Kabyle Dog
Origine Maroc
Groupe Groupe 2 Chiens de type Pinscher et Schnauzer - Molossoïdes - Chiens de montagne et de bouvier suisse
Section Section 2 Type Molossoïdes
Sous-section 2.2 Type Montagne
 
  Bref apercu historique
  Le Chien de l'Atlas existe depuis des temps immémoriaux, dans les montagnes et les plateaux de l'Afrique du Nord. Actuellement, il se trouve en grand nombre dans les Atlas du Maroc, pays qui en détient le standard. Lié aux populations pastorales semi-nomades des massifs montagneux, le Chien de Montagne de l'Atlas a pour vocation de défendre la tente et les biens de ses maîtres ainsi qu'à protéger le cheptel contre les fauves qui pourraient y commettre des déprédations.
 Azawakh
  Standard FCI N° 307
     
Origine Mali
Groupe Groupe 10 Lévriers
Section Section 3 Lévriers à poil court
 
  Bref apercu historique
  C'est un lévrier africain de modèle afro-asiatique apparu en Europe vers 1970, qui vient du bassin nigérien moyen, entre autres de la vallée de l'Azawakh. Depuis des centaines d'années, il est le compagnon des nomades sud-sahariens.
African hunting dog
  Ce chien est un chien sauvage
     
Origine Afrique
 
  L'African hunting dog est foncé avec des taches inégales brunes et blanches jaunes. Ils ont de grandes oreilles arrondies, un corps mince, de longues jambes musclées avec quatre orteils sur chaque pied. La longueur de corps varie entre 75 et 110 cm, la queue fait entre 30 et 40 centimètres de long et ont un poids de 18 à 36 kg. Les African hunting dog ont d'excellentes relations sociales dans leurs races, ces bons rapports permettent de se défendre des mises à mort d'hyènes et même de lions.
Les African hunting dog sont des chasseurs très habiles. La plupart du temps la chasse est menée par un mâle dominant, le reste du groupe suit. Si la proie potentielle essaye de s'échapper, l'autre groupe de chiens intervient. Les chiens chassent à une vitesse moyenne d'environ 50 km/h., une fois la proie est tuée, elle est littéralement déchirées aux morceaux. Les petits et les membres du groupe qui ne peuvent pas chasser, sont fournis en viande par les autres membres.
Les proies préférées sont les animaux moyens comme l'impala, mais les African hunting dog peuvent également s'attaquer à de plus grands animaux comme le gnou. Chaque groupe African hunting dog a un couple de dominants. Ce couple peut être identifiée par leur tendance accrue au marquage par l'urine. Ils sont normalement les seuls membres du groupe à s'unir pour la reproduction et ont tendance à rester monogame toute leur vie. Les African hunting dog vivent jusqu'à dix ans dans le sauvage.
Les African hunting dog atteignent la maturité sexuelle entre 12 et 18 mois. La gestation met approximativement dix semaines avec des portées de 2 à 20 chiots. Les chiots sont maintenus en sécurité dans des repaires, ces repaires sont habituellement les trous abandonnés. Le sevrage a lieu environ cinq semaines après la naissance.
Un groupe se compose en moyenne de 7 à 15 sujets, toutefois la chasse de ce chien, des groupes jusqu'à 80 chiens ou plus ont été enregistrées. Les prédateurs de ces chiens sont visés les fermiers et des gardes forestiers. La population totale a solidement diminué et que son habitat viable diminue. Les maladies des chiens domestiques diminue de plus en plus leur nombre.
Les African hunting dog ont besoin de grands espaces de savane pour survivre. Suite aux grands espaces de la savane pris ou détruits par les humains, les African hunting dog sont considérés comme une race en danger de disparition.
Boerboel
  Le Boerboel n'est pas reconnu par la F.C.I.
     
Autre nom SouthAfrican Boerboel
African Mastiff
Origine Afrique du Sud
Traduction Mlle Marita Eriksson, éleveuse sous l'affixe "Boerklans". Eleveur et juge confirmé, diplômé E.B.B.A.S.A et S.A.B.T d' Afrique du Sud.
 
  Bref apercu historique
  Chaque race a bien évidemment sa propre histoire de développement et ses racines plus ou moins connues. Il y tant des choses dites sur le Boerboel et son passé, et en général c'est agréable d'entendre des histoires plus au moins romantisées sur le sujet. J'ai envie d'éviter de raconter des légendes aujourd'hui malheureusement peu vérifiables alors je toucherais ce sujet que brièvement. Ce que l'on croit aujourd'hui est que les colons hollandais venus avec Jan Van Riebeck en 1652, apportèrent avec eux des molosses venus d'Europe, descendants du molosse "Brabanter Bullenbijter", une race éteinte à ce jour. Ce Bullenbijter se serait croisé avec d'autres molosses venus d'autres pays européens ainsi que d'autres races locales. Les colons, appelés "boers", se sont dispersés en remontant le pays et il se sont installés surtout dans les provinces aujourd'hui appelés "Transvaal" et Oranje Vrystaat (Orange Etat-libre) et le Natal. Le Boerboel était pour eux indispensable en tant que gardien de fermes. Il devait aussi garder les troupeaux et chasser les animaux sauvages. Ce qui est une certitude est que l'on a fait, au début du siècle juste après la guerre anglo-boer, un croisement avec l'ancien Bulldogg anglais, un autre type de celui que l'on connait aujourd'hui, plus grand avec des jambes plus longues. Il y a eu également une influence par l'ancien Bullmastiff anglais, car le Boerboel, étant resté isolé dans l'arrière pays avait besoin d'apport de sang frais. Celui-ci était importé en Afrique du Sud à la fin des années 30 par les anglais pour garder les mines de diamants pour la Compagnie minière"De Beers". On peut se demander pourquoi ils n'ont pas utilisé les Boerboels pour cette tâche mais encore c'était le chien des Boers, considéré comme simple chien de ferme à cette époque. On peut trouver une certaine ressemblance avec le Rhodesian Ridgeback, et il y sûrement un lien entre ses deux races même si le Ridgeback est beaucoup plus léger et est un chien de chasse. Le Boerboel était surtout un chien de garde dans les fermes en Afrique du Sud mais on le trouve également dans les pays envoisinant comme Botswana, Namibie, Zimbabwe (anciennement appelé Rhodésia)et Tanzanie. La race était devenu le chien de ferme commun et on a pas porté beaucoup d’intérêt à sa sélection jusqu'aux années 60 où l'on a commencé l'élevage sérieusement et a décidé plus tard d' inscrire des sujets typiques de la race dans un "stamboek"(livre d'origine). De ce fait quelques personnes ont crée une association et l'on a voyagé à travers le pays pour sélectionner les chiens présentant les traits les plus typiques. Ceci pour pouvoir sauver la race et aussi sauvegarder l'héritage culturel afrikaaner dont fait partie le Boerboel.
Africanis
  Le Africanis n'est pas reconnu par la F.C.I.
     
Origine Afrique méridionale
Traduction Francis Vandersteen
 
  Bref apercu historique
  L'Africanis est le vrai chien africain - formé en Afrique, pour l'Afrique. Il fait partie de l'héritage culturel et biologique de l'Afrique. En fait, son héritage africain remonte à 7000 ans. L'Africanis est un descendant des chiens décrits sur les murs égyptiens, le premier dessin du chien domestique en Afrique étant du Delta du Nil, datant de 4700 AVANT JÉSUS CHRIST. Aujourd'hui, l'Africanis est trouvé partout le subcontinent africain méridional. Il est connu sous différents noms, dans différentes langues
Basenji

  Standard FCI N° 43
     
Autre nom Terrier du Congo

Le Nyam-Nyam est une autre race distincte même si morphologiquement il y a des ressemblances avec le Basenji.
Origine Congo pour le Basenji et Soudan pour le Nyam-Nyam, sous le patronage de la Grande-Bretagne
Traduction Prof. R. Triquet
Groupe Groupe 5 Chiens de type Spitz et de type primitif
Section Section 6 Type primitif
Epreuve Sans épreuve de travail
Rhodesian Ridgeback


  Standard FCI N° 146
     
Autre nom Chien de Rhodésie à crête dorsale
Lion-Dog
African Lion Hound
Chien de Lion Africain
Origine Afrique du Sud (Kennel Union of Southern Africa, Zimbabwe)
Traduction Dr. J-M. Paschoud et Prof. R. Triquet
Standard délivré par l’Union cynologique du Sud de l’Afrique et par le Kennel Club du Zimbabwe.
Groupe Groupe 6 Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées

 

 Sloughi
  Standard FCI N° 188
     
Origine Maroc
Groupe Groupe 10 Lévriers
Section Section 3 Lévriers à poil court
 
  Bref apercu historique
  Le Sloughi existe depuis des siècles en Afrique du Nord. Actuellement il se trouve en plus grand nombre au Maroc qui détient le standard. Le Sloughi n’existe que sous une forme unique à poil ras.